10 Myths About Introverts (French Translation)

10 Myths About Introverts

10 idées reçues sur les introvertis
Par Carl King

J’ai écrit ceci vers la fin de l’année 2008. À ce moment-là, j’ai eu la chance de découvrir un livre nommé « The Introvert Advantage : How to Thrive in an Extrovert World » écrit par Marti Laney, docteur en psychologie. C’était comme si quelqu’un avait écrit un article encyclopédique sur une espèce rare d’individus à laquelle j’appartenais. Non seulement cela expliquait nombre de mes singularités, mais cela m’a aussi aidé à à recentrer ma vie dans un nouveau contexte plus productif.
Bien entendu, beaucoup de gens que je connais m’ont dit « eh ben ! Ça t’a pris tout ce temps pour te rendre compte que tu étais introverti ? » Ce n’est pas si simple. Coller l’étiquette d’introverti à quelqu’un est souvent un jugement hâtif bourré d’idées reçues. C’est bien plus complexe que ça.

Un extrait du livre de Marti Laney (page 71 à 75) explique le fonctionnement du cerveau et comment les neurotransmetteurs suivent différentes voies neuronales dans le système nerveux selon que l’on est introverti ou extraverti. Si l’on en croit les données scientifiques du livre, les introvertis seraient ultra-sensibles à la dopamine ; par conséquent, trop de stimuli extérieurs les épuisent. À l’inverse, les extravertis manquent de dopamine, et il faut de l’adrénaline à leur cerveau pour en fabriquer. Les extravertis ont une voie neuronale plus courte, et le flux sanguin de leur cerveau est plus faible. Dans le système nerveux d’un extraverti, un message contourne généralement l’aire de Broca dans le lobe frontal, ce qui est la zone responsable d’une grande partie de la réflexion.

Malheureusement d’après le livre, seuls 25% de la population sont des introvertis. Il y en a encore moins qui sont aussi introvertis que moi. Cela entraîne de nombreux malentendus puisque la société ne comprend pas très bien les miens (j’adore dire ça).

Voici donc quelques préjugés sur les introvertis (non tirés du livre, mais basés sur ma propre expérience de vie) :

Idée reçue n°1 – Les introvertis n’aiment pas discuter.

C’est faux. Les introvertis n’aiment simplement pas parler quand ils n’ont rien à dire. Ils détestent les banalités. En revanche, si un introverti commence à vous parler de quelque chose qui l’intéresse, cela peut durer des jours.

Idée reçue n°2 – Les introvertis sont timides.

La timidité n’a rien à voir avec le fait d’être introverti. Les introvertis n’ont pas peur des gens. Ils ont besoin d’une raison valable pour communiquer. Si vous avez envie de parler avec un introverti, commencez simplement la discussion. N’ayez pas peur d’être impoli.

Idée reçue n°3 – Les introvertis sont impolis.

Les introvertis ne voient pas l’intérêt de tourner autour du pot en se faisant des politesses. Ils aiment l’authenticité et l’honnêteté. Malheureusement, la plupart des situations ne s’y prêtant pas, les introvertis se sentent obligés de se conformer et cela les épuise.

Idée reçue n°4 – Les introvertis n’aiment pas les gens.

Au contraire, les introvertis estiment beaucoup le peu d’amis qu’ils ont. Ils peuvent compter leurs amis proches sur les doigts d’une seule main. Si vous avez la chance qu’un introverti vous considère comme un ami, il sera probablement un fidèle allié pour toujours. À partir du moment où vous gagnez leur respect et qu’ils vous considèrent comme quelqu’un d’intéressant, c’est bon.

Idée reçue n°5 – Les introvertis n’aiment pas sortir et voir du monde.

N’importe quoi. Les introvertis n’aiment simplement pas sortir et voir du monde pendant trop longtemps. Ils préfèrent également éviter les problèmes qu’engendrent les interactions sociales. Ils absorbent les informations et les expériences très vite, ils n’ont donc pas besoin de rester très longtemps pour comprendre. Ils sont prêts à rentrer, recharger leurs batteries et réfléchir à tout cela. Le repos est absolument crucial pour les introvertis.

Idée reçue n°6 – Les introvertis préfèrent rester seuls.

Les introvertis sont parfaitement à l’aise seuls avec leurs pensées. Ils réfléchissent beaucoup. Ils rêvent. Ils aiment résoudre des problèmes, des énigmes. Mais ils peuvent également finir par se sentir extrêmement seuls s’ils n’ont personne avec qui partager leurs découvertes. Ils aiment la perspective d’une connexion authentique et sincère avec une seule personne à la fois.

Idée reçue n°7 – Les introvertis sont bizarres.

Les introvertis sont souvent individualistes. Ce ne sont pas des suiveurs. Ils préfèrent être considérés pour leur singularité. Ils réfléchissent par eux-mêmes et de ce fait, défient souvent la norme. Ils prennent rarement leurs décisions en fonction de ce qui est populaire ou à la mode.

Idée reçue n°8 – Les introvertis sont asociaux et distants.

Les introvertis sont des gens introspectifs, très à l’écoute de leurs émotions. Ce n’est pas qu’ils ne s’intéressent pas à ce qui les entoure, c’est simplement qu’ils ont tendance à trouver leur monde intérieur bien plus stimulant et enrichissant.

Idée reçue N°9 – Les introvertis ne savent pas se détendre et s’amuser.

Les introvertis se détendent généralement chez eux ou dans la nature, pas dans des lieux publics bondés et bruyants. Les introvertis ne cherchent pas les sensations fortes. S’il y a trop de bruit, ils se ferment. Leurs cerveaux sont trop sensibles à la dopamine. Les voies neuronales des introvertis et des extravertis fonctionnent différemment. Il suffit de se renseigner.

Idée reçue n°10 – Les introvertis peuvent devenir extravertis.

Un monde sans introvertis serait privé de beaucoup de scientifiques, de musiciens, d’artistes, de poètes, de cinéastes, de médecins, de mathématiciens, d’écrivains et de philosophes. Ceci dit, les extravertis peuvent apprendre à communiquer avec les introvertis de plein de façons différentes (oui, j’ai intentionnellement inversé les deux pour vous montrer à quel point la société est biaisée). Les introvertis n’ont pas à changer, et méritent d’être respectés pour leur tempérament et ce qu’ils apportent à l’humanité. D’ailleurs, une étude (Silverman, en 1986) a démontré que le pourcentage d’introvertis augmente avec le QI.

« Vous ne pouvez pas nous échapper, et essayer de nous changer vous mènerait à trépas. » <-- C’est moi qui l’ait écrit. Je suis scénariste. Renier sa vraie nature pour s’accorder à un monde d’extravertis peut être terriblement destructeur pour un introverti. Comme toutes les minorités, les introvertis peuvent finir par se détester et détester les autres à cause de leurs différences. Si vous pensez être introverti, je vous recommande de faire des recherches sur le sujet et d’entrer en contact avec d’autres introvertis pour en parler. Ce n’est pas aux introvertis de faire tout le travail et de devenir « normal ».  Les extravertis doivent nous accepter et nous respecter, et nous devons également nous respecter nous-mêmes. Dites-moi ce que vous en pensez. -Carl. FAQ personnelle

Ces mythes ressemblent beaucoup aux caractéristiques de l’autisme/syndrome d’Asperger. Êtes-vous reconnu comme tel ?

Pas officiellement. Mais depuis quelques temps, je commence à accepter cette vision de moi-même. Cependant, si cette liste correspond à la description de l’autisme ou du syndrome d’Asperger, cela voudrait dire qu’il existe un grand nombre d’autistes et d’hommes et de femmes atteints du syndrome d’Asperger. Je reçois beaucoup d’emails de remerciements chaque jour de la part de mères et de grand-mères, à priori neuro-typiques, qui me disent à quel point elles se retrouvent dans ma liste. Je ne suis pas un expert. Je crois néanmoins que s’il existait plus d’autistes et de personnes atteintes du syndrome d’Asperger, nous vivrions dans un monde meilleur.
Allez voir Wrong Planet. Bravo à eux !

Votre créativité est-elle influencée par la question ?

Les difficultés d’être un introverti dans un monde d’extravertis sont au centre de tous mes projets créatifs. J’ai récemment écrit une nouvelle, « Cuyahoga ! », qui est une explication de l’introversion et de l’autisme sous une approche de science-fiction.

Pourquoi avez-vous autant de préjugés sur les extravertis ?

C’est juste un retour de bâton vis-à-vis des petits tyrans.

Avez-vous des références scientifiques qui vérifient les informations sur la dopamine et l’aire de Broca ?

Ma seule référence est « The Introvert Advantage » de Marti Olsen Laney, docteur en psychologie, thérapeute conjugale et familiale, psychanalyste. Je n’ai aucun moyen de le vérifier, je ne suis ni scientifique ni médecin. Si vous souhaitez contester cette information, vous pouvez la contacter à marti@theintroadvantage.com. Peut-être aurez-vous plus de facilité que moi à obtenir une réponse.

Pensez-vous que l’introversion puisse être causée par quelque chose ?

Pas selon moi. J’ai toujours été comme ça. Cependant, je pense que cela a favorisé le développement d’un syndrome de stress post-traumatique après un grave accident de voiture que j’ai eu fin 2006. Mais cela mérite un autre article ou un livre.

Et si je suis un peu des deux ?
Si l’introversion et l’extraversion sont des orientations mentales (et non des comportements mentaux), je n’en sais honnêtement pas beaucoup plus. Personne ne vous demande de choisir votre camp. Mais vous avez certainement votre place sur spectre. J’ai beaucoup de retours de gens qui sont en accord avec ma liste, sauf sur un ou deux points. C’est donc un phénomène assez polarisant.

Et si je suis introverti, mais extraverti en soirée ?
Je pense que c’est plus de l’ouverture que de l’extraversion. Je peux aussi être comme ça, ça dépend de la soirée, de depuis combien de temps je suis là, et de mon taux de stress général. À l’adolescence et à la vingtaine, j’adorais être sur scène et me produire devant un public. Je pouvais être un sacré imbécile, mettre des costumes et faire beaucoup de bruit. Mais après, je voulais généralement ne pas m’attarder et rentrer chez moi. Vous seriez surpris en apprenant combien d’acteurs et de présentateurs sont introvertis. Le légendaire conférencier Zig Ziglar prétend que les introvertis sont les meilleurs vendeurs. Ça n’a rien à voir avec être prolixe ou pas, ou avec la façon de se mouvoir en public.

Puis-je trouver cet article dans d’autres langues ?
Oui, jusqu’ici il a été traduit en espagnol, en allemand, en hollandais et en italien. Si vous voulez le traduire dans d’autres langues, n’hésitez pas et envoyez-moi le lien !

Si vous êtes si introverti, pourquoi êtes vous sur Facebook/pourquoi écrivez-vous autant sur Facebook, etc. ? 

Les réseaux sociaux sont un très bon moyen pour moi de rencontrer des gens à mon rythme, de trouver des événements ailleurs que via les flux d’informations classiques, et de discuter avec des gens du monde entier qui partagent les mêmes étranges centres d’intérêts que moi (la musique, la philosophie). Mais les réseaux sociaux ne remplacent pas les vrais amis de la vraie vie. N’hésitez pas à m’ajouter sur Facebook ou Twitter.

[ Translation by Sarah Dayan. ]

Leave a Reply